pour télécharger la note conceptuelle cliquer ici

La Dignité en action pour tous est le thème général de la Journée Internationale pour l’Éradication de la Pauvreté 2022-2023. La dignité de l’être humain n’est pas seulement un droit fondamental en soi, mais constitue la base de tous les autres droits fondamentaux. La
Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 consacre la dignité humaine dans son préambule :

« Considérant que la reconnaissance de la dignité
inhérente et des droits égaux et inaliénables de tous
les membres de la famille humaine est le fondement
de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. »

« La Dignité » n’est pas un concept abstrait : il appartient à chacun. Aujourd’hui, de nombreuses personnes vivant dans une pauvreté persistante voient leur dignité niée et bafouée. La manière dont les plus pauvres sont traités est un bon indicateur du respect de la dignité humaine dans nos sociétés. L’action personnelle aide à définir une vie dans la dignité, dans laquelle les individus ont la liberté de faire des choix éclairés et de participer de manière significative aux processus décisionnels qui affectent leur vie. Avec l’engagement de mettre fin à la pauvreté, de protéger la planète et de veiller à ce que tous les peuples du monde entier puissent jouir de la paix et de la prospérité, le Programme 2030 a encore une fois concrétisé la promesse exprimée dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pourtant, la réalité actuelle montre que, dans un monde où nous produisons suffisamment pour nourrir tout le monde, 811 millions de personnes n’ont pas assez de nourriture et 44 millions risquent de sombrer dans la famine (source : PAM), 2 milliards de personnes vivent encore sans eau potable et 3,6 milliards sans installations sanitaires salubres (source : OMS et UNICEF). 1,3 milliard de personnes vivent encore dans une pauvreté multidimensionnelle (source : PNUD), dont près de la moitié sont des enfants et des jeunes. L’inégalité des chances, y compris l’accès aux services clés, et l’inégalité entre les sexes persistent alors que l’inégalité des revenus est en forte hausse et que, chaque année, l’écart entre les riches et les pauvres se creuse encore davantage. Au cours de la dernière année, alors que des millions de personnes luttent contre l’érosion des droits des travailleurs et de la qualité de l’emploi pour survivre, le pouvoir des entreprises et la richesse de la classe des milliardaires ont enregistré une hausse sans précédent.

La pauvreté et l’inégalité ne sont pas inévitables. Elles sont le résultat de décisions délibérées ou d’inaction qui privent de pouvoir les plus pauvres et les marginalisés de nos sociétés et violent leurs droits fondamentaux. La violence silencieuse et permanente de la pauvreté – l’exclusion sociale, la discrimination structurelle et la dépossession du pouvoir d’agir – rend plus difficile, pour les personnes piégées dans l’extrême pauvreté, de s’en sortir et nie leur humanité. La pandémie de COVID-19 a mis en lumière cette dynamique, en mettant l’accent sur les lacunes et les échecs du système de protection sociale ainsi que sur les inégalités structurelles et les diverses formes de discrimination qui aggravent et perpétuent la pauvreté. Ce n’est pas le dernier choc auquel nous serons confrontés. Nous vivons dans un monde de plus en plus en proie à l’insécurité et l’inégalité et l’insécurité se renforcent mutuellement.

En outre, l’urgence climatique constitue une nouvelle violence contre les personnes vivant dans la pauvreté, ces communautés étant indûment accablées par des catastrophes naturelles plus fréquentes et par la dégradation de l’environnement, conduisant à la destruction de leurs maisons, de leurs cultures et de leurs moyens de subsistance.

“La destruction de l’environnement, de l’écosystème et de la biodiversité fait que les familles vivant dans la pauvreté souffrent plus que quiconque. »
(Christian, militant pour une justice sociale et environnementale, RDC) “


Cette année marque le 35ème anniversaire de la Journée Mondiale du Refus de la Misère et le 30ème anniversaire de la Journée Internationale pour l’Éradication de la Pauvreté. Cette Journée honore les millions de personnes qui souffrent de la pauvreté et leur courage quotidien, et reconnaît la solidarité mondiale indispensable et la responsabilité que nous partageons tous pour éliminer la pauvreté et combattre toutes les formes de discrimination.
Le 17 Octobre, des personnes vivant dans la pauvreté et des personnes solidaires avec elles se rassemblent dans des lieux commémoratifs dans le monde entier pour lire l’appel à l’action suivant :

“Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la
misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir
pour les faire respecter est un devoir sacré.”

La Journée représente un espace sûr de participation significative pour les personnes dont les voix ne sont pas entendues et dont les histoires de vie, lorsqu’elles sont racontées par d’autres, sont réduites à leurs difficultés – sans montrer tout le courage qui leur est nécessaire pour lutter contre la pauvreté –. C’est un espace pour partager non seulement les luttes auxquelles ils font face dans leur vie mais aussi leurs aspirations pour l’avenir.

La Journée Internationale pour l’Éradication de la Pauvreté offre un espace pour une réflexion conjointe sur l’engagement de mettre fin à la pauvreté d’ici 2030, en renforçant la poursuite des partenariats et du dialogue entre la société civile, les États Membres, les communautés et les autres parties prenantes. “Notre agenda commun” du Secrétaire Général des Nations Unies appelle à un “contrat social renouvelé ancré dans les droits de l’homme“, mettant l’accent sur la confiance, l’inclusion, la protection et la participation et valorisant ce qui compte pour les hommes et la planète. Pour y parvenir, un objectif axé sur la dignité peut guider la communauté internationale loin des évaluations purement monétaires de la
pauvreté et vers des évaluations plus multidimensionnelles. Le prisme de la dignité ne blâme pas les personnes pour leur pauvreté mais met plutôt en lumière les systèmes injustes et les lois, politiques et actions délibérées qui ne respectent pas, ne protègent pas et ne réalisent pas nos droits, privant les plus pauvres de leur dignité.

Afin d’assurer la dignité pour tous, nous exhortons les gouvernements à renouveler leurs engagements à respecter, protéger et remplir leurs obligations en matière de droits de l’homme, conformément au Pacte International relatif aux Droits Économiques, Sociaux et Culturels, au Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques et d’autres instruments internationaux pertinents en matière de droits de la personne. Nous les exhortons également à établir des liens directs entre leur mise en œuvre et les progrès accomplis vers la réalisation des objectifs mondiaux.
L’examen à mi-parcours des ODD (Objectifs de Développement Durable) de 2023 offre aux gouvernements l’occasion de mettre fin à la violence qui sévit sur la planète et chez les plus pauvres, et de corriger les inégalités structurelles et la discrimination qui
perpétuent la pauvreté et l’oppression et entravent le progrès. Les Principes Directeurs des Nations Unies sur l’Extrême Pauvreté et les Droits de l’Homme fournissent des lignes directrices et des outils pratiques pour veiller à ce que les politiques publiques atteignent d’abord les plus défavorisés. En s’efforçant d’inclure ”tout le monde”, nous demandons l’établissement d’un processus à l’échelle du système des Nations Unies qui assure et mette en œuvre la participation effective et significative des personnes vivant dans la pauvreté au processus des ODD.

La promesse des droits de l’homme et de la dignité pour tous est possible et doit être
réalisée. Pour reprendre les mots de Bertine, militante au Burkina Faso :

“Nous devons nous battre pour la dignité ensemble
parce que ma dignité n’est rien si mon voisin n’en a
pas. “